CF News – Largillière Finance accompagne la holding JYF Participations dans la reprise de Nature Bois Emballages

picture1

 Largillière Finance accompagne la holding JYF Participations dans la reprise de Nature Bois Emballages

En sauvegarde depuis 6 ans, la PME provençale spécialisée dans les cagettes en bois finalise son retournement en changeant d’actionnaires. Le fondateur de la société aux 20 M€ de revenus passe le relais à la holding JYF Participations, créée par des professionnels du restructuring.

Nature Bois Emballages (NBE) veut troquer ses années de difficultés contre des promesses de croissance. C’est le deal conclu entre la famille Pujante qui a créé la PME provençale il y a 50 ans et le duo Francis et John Nouvier, père et fils (photo ci-contre) qui en prennent le contrôle via leur holding JYF Participations. Ces derniers cumulent une expérience du restructuring (Continentale Nutrition notamment) et du secteur agroalimentaire où le père a passé la majeure partie de sa carrière. Créée il y a un an pour investir dans des sociétés en rebond, la holding signe là sa première participation. « Le fondateur a été séduit par le profil de ces repreneurs qui envisagent l’avenir de l’entreprise dans la croissance et non dans la réduction de coût » affirme Nicolas Ibanez (photo ci-dessous), associé de Largillière Finance, qui a épaulé les acheteurs dans le process où ils étaient principalement concurrencés par des industriels.

 

Croissance externe mal digérée

Il faut dire que le secteur de l’emballage léger en bois à destination de l’industrie agro-alimentaire (les cagettes et paniers bois pour les primeurs) est plutôt porteur. Encore très atomisé, il se prête à une consolidation que les repreneurs souhaitent mener tambour battant pour faire passer le chiffre d’affaires de NBE des 20 M€ prévus en 2017 à 50 M€ à un horizon de trois ans. Ce qui lui ferait retrouver ses niveaux d’activité d’il y a une quinzaine d’années avant que le retournement du marché dans les années 2010 n’ait révélé les failles d’une politique de croissance externe mal digérée à la fin des années 90. La PME voit alors chuter son activité de moitié et se met en sauvegarde en 2011 pour geler et lisser ses dettes. Aujourd’hui, la société a retrouvé une situation assainie avec un Ebitda presque à l’équilibre en 2017 alors qu’il était négatif en 2016 pour un chiffre d’affaires de 19 M€. A voir si les repreneurs réussiront le pari risqué de la sortie de crise, comme l’a démontré l’échec du restructuring de Continentale Nutrition qui a fini par être repris à la barre par un groupe irlandais.

 

En savoir plus : http://www.cfnews.net/L-actualite/Retournement/Operations/Fonds-de-retournement/NBE-repart-259503?utm_source=Alertes&utm_medium=email&utm_campaign=Alertes%20du%202017-12-05